Rencontre avec la Gouverneure générale du Canada

Publié le par Lubomir JANCOK


Rencontre avec la Gouverneure générale du Canada, Michaëlle JEAN et impressions québecoises,
Québec, le 14 août 2008


Ce fut dans le cadre de la représentation de la Slovaquie associative, à savoir le Pont Francophone qui se veut la plus grande association francophone des étudiants slovaque, que j´ai eu l´honneur de participer à l´événement. Après des missions sur les sols slovaque et européen, elle (l´association) a eu la proposition de quitter le vieux continent pour aller sur la terre du Nouveau monde, au Québec.


     Tout cela dans le cadre du 400ème annivesaire de la ville de Québec. A l´ordre du jour? Des conférences, tables rondes, parcours citoyens, ateliers sur des thématiques d'actualité et les grands enjeux sociaux, économiques, politiques et culturels auxquels le monde actuel doit faire face. Et d´ajouter des spectacles, animations et plusieurs activités spéciales dans le cadre de la Journée internationale de la Jeunesse de l'ONU.


Maintes personnalités nous ont fait honneur en étant présentes. J´en ai rencontré quelques-unes :


- Gouverneure générale du Canada, Michaëlle JEAN
- Philippe VAL, Directeur de l´hébdomadaire satirique, Charlie Hebdo
- les hommes politiques de Québec que j´ai  "bombardés" avec des questions fâcheuses (le gouvernement à Ottawa, à Québec, l´indépendance, la position des autochtones, etc.)


Rencontre avec Son Excellence, la très honorable Michaëlle JEAN


      SE Michaelle JEAN fut accompagnée par des artistes canadiens tels que Jully Black, K'naan, Samian et Ariane Moffat et par des animateurs tel que Sol Guy et l´humoriste Benoit Lefebvre(sur la photo). Le Dialogue jeunesse fut mis en oeuvre en collaboration avec L'Apathie c'est plate et Démocracy250.

 

Regard vif, visage chargé d´émotion, identification incroyable à la problématique

http://www.gg.ca


      Avant qu´on la rencontre, je lis qu´elle a été boursière, diplômée de l'université de Montréal en littérature et en langues, plus tard journaliste de réputation notoire à la radio et à la télévision publique, la troisième femme et la première femme noire à être devenue Gouverneure générale dans l´histoire du Canada. A partir de la 2ème moitié du 20ème, l´épopée des gouverneurs canadiens francophones commence. Aujourd´hui, par tradition, le poste est donc tenu alternativement par des Canadiens français et des Canadiens anglais. Etant vingt-septième gouverneur général du Canada, un poste honorifique, elle choisit comme devise "briser les solitudes".


     Marié au cinéaste français Jean-Daniel Lafond, elle demande à l´État français de lui ôter sa citoyenneté française obtenue par le mariage. Question d´asphyxier toute polémique sur "le chef d´État canadien avec la nationalité française".

Ľubomír JANČOK, tous droits réservés


     On me dit que la Gouverneure du Canada est très populaire. Le chapiteau (une grande tente dressée près de l´Université de Laval) est ouvert de 18h00. Son arrivée est prévue à 19h00. Pas d´hélicoptères, juste quelques agents de police vous contrôlant décemment à l´entrée. Il fallait avoir une invitation. L´invitation? Oui, une carte où on annonce une rencontre avec la gouverneure générale en présence des rappeurs locaux dont le premier rappeur inuit. Elles circulaient un peu partout. Premier constat: pris au dépourvu par la légèreté de la sécurité.

 

Ľubomír JANČOK, tous droits réservés


     Elle arrive en dansant sous le rythme du rap québecois. Tout le monde applaudit. Je suis bouche bée. Cela me rappelle les meetings à l´américaine. Elle est là pour nous écouter, pour discuter avec nous, en français, en anglais, en espagnol.
Son indentification à la problématique est impressionante. Si c´est un sujet grave, elle retient ses larmes, vous aussi, en la regardant. Si on la remercie en faisant un panégyrique, elle retient ses larmes...de joie, pour cette fois. Aucun sourire commercial! Une vraie joie émanant des ses yeux, de ses joues, j´ai du mal à croire. Jamais vu un représentant du pays, un homme politique j´allais dire "jouer" mais non, je dis, de s´identifier aussi authentiquement!


Regard chargé d´émotion, plus que près du citoyen. Son indentification à la problématique est impressionante. Si c´est un sujet grave, elle retient ses larmes, vous aussi, en la regardant. Si on la remercie en faisant un panégyrique, elle retient ses larmes...de joie.


http://www.gg.ca

 


     On lui pose des questions différentes, notamment portées sur la diversité, les injustices, la position des autochtones présentes sous le chapiteau. L´alphabétisation faible, l´accès aux droits humains, le ras-le-bol de la marginalisation...elle rassure...invite à ne pas lâcher, à se battre pour ses droits, à dialoguer en précisant que le Canada est un exemple du multiculturalisme. Le Canada, c´est un pays d´ouverture, fait que j´approuve en lisant le journal dans lequel j´apprends que le gouvernement n´a pas atteint des quotas du nombre d´immigrés souhaités et que des efforts encore plus importants doivent être faits.



Questions politiques


     Délicates, vous le sentez dans l´air. Les locaux expriment leur réticence car on n´en parle pas à haute voix. Deux référendums ont échoués et il y en qui me fournissent les résultats précis. La table ronde a lieu en présence des journalistes locaux et hommes politiques. On prend un petit déjenuer tout en débattant avec un homme politique, un par 7 en moyenne autour d´une table. Je lance une colle, sachant que le concerné a de l´attrait pour l´indépendance: "En Europe centrale et orientale, on lit de temps en temps des articles sur le Canada. Concernant l´indépendance, la majorité a du mal à comprendre les défis. Je vais fabuler. Demain, vous devenez indépendants, en quoi, décidant de tout au niveau du Québec, pouvez - vous être meilleurs que le gouvernement d´Ottawa gérant tous les dossiers, même ceux des autochtones?"


"Oh, une colle", lançait une journaliste assise à mes côtés tout en rougissant.
"Vaste question", soufflait l´homme politique. „Tout d´abord, nous serions beaucoup plus sociaux, plus efficaces en matière des dossiers difficiles. On est plus près...on gérerait mieux, plus humainement". A cela, buvant du café, sinon aussi transparant que la vie privée du Président Sarkozy, on se met à parler avec un monsieur ayant l´air de baigner dans les eaux commerciales. Il n´hésite pas à mettre l´accent sur la rivalité entre les parlementaires francophones et anglophones siégeant à Ottawa. "Vous n´imaginez pas l´hobby de toute sorte se jouant derrière...et comme les anglophones sont majoritaires..."

 

Les Hurons du village WENDAKE. Cette réserve indienne est l´une des communautés autochtones du Québec. Selon l´information de notre guide (Huron à moitié), ils ne sont aujourd´hui que 3000 dont 1400 vivent dans ce village. 

Ľubomír JANČOK, tous droits réservés


     Et on est là! Comme partout: jeu machiavélique sur l´échiquier politique...Ceci me rassure car l´impression des québecois(e)s était tellement positive que je craignais tomber sur le premier pays où toute aspérité a été résorbée. L´esprit chaleureux et accueillant, de l´altruisme rural dans les zones périphériques où on vous conseille, sourit, recommande. Bref, services rendus aux clients de haut niveau...Joie dans le ton, sourire non commercial tellement fort qu´une amie rencontrée à Québec et vivant à Montréal depuis 10 ans et étant d´un pays de notre coin a en déjà le ras-le-bol. "Cela me dépasse. Quand je suis venue, cela m´a fait plaisir car chez nous, chacun te faisait la gueule alors que tu étais un client. Je ne distingue plus entre joué et sincère. Encore aujourd´hui, dans mon pays (ancien pays communiste), je vais dans une pharmacie et la dame me regarde comme si je l´embêtais. Horrible, sans doute. Ici, on te sourit tout le temps, je ne crois plus qu´il soit possible d´être comme ça."


     Eh oui, là, il faut donc trouver un juste milieu, phénomène tellement analysé par le fameux Jankélévitch et parfaitement décortiqué dans le bovarysme flaubertien.


     Et avec des échanges et propositions de lancement des nouveaux projets, cela fait une formidable expérience fructifiée par nos accords sur l´inter-operabilité slovaco-francophone dans le cadre de l´engagement citoyen et des défis soulevés pendant la semaine. En d´autres termes, un réseau  tissé par des jeunes cadres et étudiants dynamiques nous aidant à planifier un monde meilleur.

 

Ľubomír JANČOK,

Fondateur-Président du Pont Francophone







Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article