Régionales 2009 : pourquoi suis-je candidat?

Publié le par Lubomir JANCOK

Brièvement et avec précision.

Une petite histoire:

C´est 
à partir de ma 2ème année universitaire que j´aborde des choses terrestres de manière suviante :

J´écoute des plaintes - je théoretise - je lance ma proposition - je la mets en oeuvre

Indignés devant les défauts du système universitaire et dégoutés de l´inertie qui les saisit, les étudiants  de ma faculté des Lettres se font entendre en 2005 par le biais des plaintes uniquement orales.
Ennui, dégoût, néant, absence de perspective et de motivation...
Je lance l´association Pont Francophone. Un, deux, trois, 50, 100 membres et plus de 30 projets en moins d´une année. Espoir, vivacité, opérabilité des étudiants prouvé sur le terrain, respect de soi, jolis résultats. Le recteur me décerne un prix. Les étudiants prouvent qu´ils disposent d´un fort potentiel!


Désolé, la traduction de l´affiche ne sera pas assurée.

Deux ans plus tard. J´arrive dans la ville des Sacres, à Reims. Faculté de droit disposant d´une association puissante "Association des étudiants Spécialistes de l´Europe centrale et orientale. L´image de la Slovaquie?  Faible! Le cas de la Pologne? Du pareil au même! Le "pouvoir" est resté aux mains des pays occidentaux ou du sud. Je présente ma candidature, mes projets pour tous et je suis élu Président. Deux grands projets et ma rencontre personnelle avec le commissaire européen Jacques Barrot se réalisent. Presque personne n´a retenu Ľubomír Jančok mais tous ont dit "La Slovaquie" a géré! Objectif accompli!

Deux ans plus tard. Aujourd´hui.
J´ai une autre idée de ce qu´est la force des jeunes sections militant auprès des partis politiques en Slovaquie. Les unes sont dans un coma total, les autres sortent de temps en temps pour que les puissants les apperçoivent et constatent qu´ils sont encore là. Restent ceux qui sont un peu plus dynamiques : il leur manque cependant un acharnement intériorisé pour chercher à rayonner les jeunes Slovaques non seulement en Slovaquie mais aussi en dehors de ses frontières.
Encore suis - je en train de lancer avec mon collègue Ivan Lučanič les Jeunes KDS (Démocrates conservateurs de la Slovaquie). "Doux dans les manières, forts dans les actions" (Suaviter in modo, fortiter in re), telle est la devise j´ai offerte. Préférence du parti? Peu nous en chaut! Il nous attend un marathon. Kipketer et Gebreselassie ne gagnent jamais au premier ou au troisième tour. Le Marathon, c´est une affaire à long terme, et il se gagne souvent à la fin. Son déroulement est pourtant important pour nous! Les supporters ne sont pas venus voir
uniquement la fin de course! Nous, on a opté pour un rythme propre aux coureurs sur 400m. On verra. Croisez vos doigts!

Ma candidature n´est donc qu´un enchaînement à ce qui est indiqué supra. Ma présence au parlement régional devrait apporter une autre vision sur la fonction publique payée par des contribuables. Mettons un terme à ces cadres somnolants. Je m´entoure des conseillers qui ne sont pas avares de leurs efforts, maitrisent les langues etrangères et répondent aux citoyens avec respect, les aident! Je serai présent sur le terrain ainsi que derrière la banc parlementaire.

Votez numéro 5 et vous ne vous sentirez pas inutiles! Pour vous, avec acharnement!

Ľubomír Jančok


Désolé, la traduction ne sera pas assurée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article