Représentation de la Slovaquie à Paris et en Normandie (projet France-UE)

Publié le par Lubomir JANCOK

Le 18 décembre j´ai eu l´honneur de partir pour Paris et en Normandie pour y représenter la Slovaquie à l´événement “20 ans après“. Il était organisé par l´association CIDEM (Civisme et démocratie) et co-financé par la Commision européenne. Le CIDEM regroupe 4 millions de membres et 50 000 de implantations locales dans le but de promouvoir la démocratie participative et le développement de l´esprit citoyen.
DSCF0187

          Action sur 3 jours – 70 jeunes représentants de l´UE dont 2 pour chaque pays. Nous étions que 4 à intervenir – 2 tchèques, un roumain et moi. Cela m´a permis de présenter une vision de la Slovaquie, teintée bien sûr des couleurs des jeunes KDS  (Jeunes Démocrates Conservateurs de la Slovaquie) et ce à travers des discussions officielles ainsi que dans les couloirs malgré un agenda chargé sur 3 jours.

Communistes recyclés, militantisme et litige tumultueux

           La discussion tumultueuse a commencé lorsque j´ai rappelé à l´eurodéputé se disant sur son blog „féministe, altermondialiste, militante de l´égalité, de la citoyenneté et des droits“, Marie-Christine Vergiat que les 10 premières minutes de son intervention (militantisme avec les communistes, personnes de gauches,etc.) ont évoqué la rhétorique des communistes dans les pays de l´Europe centrale et orientale. Dans un esprit de respect des opinions politiques, j´ai rebondi dans mon commentaire en commençant par le philosophe conservateur Finkielkraut. Ce dernier parle de l´importance de distinguer “le lyrisme du printemps de Paris 1968“ du “sceptiscisme du printemps praguois“ et bratislavien, ai-je ajouté. J´en ai fait un pont pour arriver en 1989 et préciser que “le socialiste en Europe centrale“ diffère significatifement du socialiste français. J´ai emprunté la terminologie belle et “écologique“ du chef des Démocrates Conservateurs de la Slovaquie et ex-ministre de l´Intérieur, Monsieur Palko, qui parle des “communistes récyclés“ (anciens communistes étant devenus socialiste, l´expression qui ne marche pas bien pour l´Occident mais qui colle parfaitement à la situation politique en Europe centrale). Intéressent de noter que j´étais à la même longueur d´ondes avec Marie-Christine Vergiat sur le sujet du Traité de Lisbonne et sur l´engagement plus important des hommes politique.

          J´ai également rappelé ma préférence pour le mot “réunification“ que “élargissement “ vu qu´avant l´entrée en 2004 on n´était pas en Chine mais déjà en Europe. Je me suis également permis de souligner qu´on ne distingue pas trop “à l´Occident“ l´Europe centrale de l´Europe orientale. Cette petite remarque a évoqué un applaudissement spontanné...de la part des mes collègues polonais, hongrois et roumains...

La Slovaquie au centre des intérêts

          Dans des conférences de courte durée, nous étions 4 à retracer nos souvenirs des année 90´. J´ai évoqué le magazin Tuzex, les longues files d‘attente pour dénicher et acheter des clémentines et les films satiriques sur le socialisme. J´ai ainsi pu introduire la problématique d´engagement tel que l´on connaît chez les jeunes. Il a suffit de citer plusieurs associations figurant dans les couloirs des facultés françaises et belges alors que chez nous, la création d´une association à la faculté est quelque chose de précieux. Preuve? J´en ai crée une, bien dynamique, le Prix du Recteur m´a été décerné. Ni le système ni l´entourage n´y sont propices.

          A cette occasion, j´ai mentionné Tocqueville et son héritage en France grâce à ses idées comme “town meetings“ en Amérique. La France cultive cet héritage depuis 2 siècles tandis que nous avons hérité du « sous sol de la maison » sur lequel on construit plus difficillement. Avant de céder la parole, j´ai souligné l´importance de l´Eglise secrète dans les affaires d´avant 1989. Un événement avec les jeunes au Collège d´Anton Neuwirth auquel j´ai participé une semaine avant avec mon collègue du parti, Monsieur Mikloško, candidat à la présidentielle, m´a bien aidé pour avoir une vue encore plus ample sur les questions évoquée ci-dessus.

          Mon collègue roumain a traité des folles statistiques sur les pérsécutions en Roumanie, la collègue tchèque, Markéta, épouse du réputé économiste tchèque Tomáš Sedláček, a apporté un livre satirique fait d‘illustrations sur l´épopée socialiste, qu´elle a commenté. Et enfin ce fut Pavel Sitek, philosophe et anthropologue qui a fait un arbre généalogique de sa famille pour démontrer les sorts différents au sein d´une même famille. 


DSCF0207


Sur l´importance des institutions européennes, van Rompuy ...

          Nous attendions l´Ambassadeur de Roumanie en France. Il n‘a pas pu venir en raison de sa nomination au poste de ministre des Affaires étrangères par le Président Basescu. Ceci nous a permis de garder plus longtemps la phénomenale diplomate Catherine Lalumière. Elle occupait dans les années 90 un poste d´envergure internationale: Secrétaire générale du Conseil de l´Europe (1989-1994). Elle a fait une intervention exemplaire dans un véritable language diplomatique, nuancé, un vrai bijou de la diplomatie mondiale. Il s´agissait vraiment de la lecture entre les lignes, d´un décryptage, des réponses “aristocratiques“ qui disent plus entre les lignes que par les mots prononcés. Suite à son intervention sur l´actualité européenne, j´ai saisi deux sujets tout en demandant sa réaction :
          Tout d´abord, j´ai évoqué sa conception de « la solidarité et la cohésion sociale » en évoquant la théorie de John Rawls (Théorie de la justice et 3 pré-requis, une fois accomplis, permettant de montrer que le fossé croissant entre riches et pauvres est bénéfique). La réponse fut plus que limpide. De grands efforts sont encore nécessaires pour atteindre la solidarité correcte et la cohésion.

          Ensuite, j´ai commencé à toucher un point bien névralgique : le Conseil de l´Europe et la Cour des Droits de l´Homme sur le Rhin, rivière qui "recrache de temps en temps des objets boués". Je lui ai demandé s´il faudrait faire non une chirurgie mais un “euthanasie“ sur cette dernière institution socialistique et faire emerger “un nouvel homme“, voire une nouvelle institution!? Madame Lalumière m‘a remercié pour cette question en précisant “apparamment, vous vous y connaissez“ et elle a avoué qu´il s´agit là d‘importantes difficultés. Elle estime que Thorbjørn Jagland, nouveau secrétaire général, arrivera à la sortir du marasme. Ma réaction sur ses commentaires a été d‘évoquer une comparaison à la dernière bougie de la tarte qu´on tente de sauver.
          Pourvu qu´elle ait raison, Madame Lalumière, même si je doute que ladite bougie tienne aussi longtemps que notre lumière de Bethléem dans le jardin!?

DSCF0231


DSCF0224

Mémorial de Caen en Normandie (Caen) et son double sens: mémoire
pour la seconde  Guerre mondiale (la ville de Caen fut presque
entièrement bombardée) et la mémoire de la Chute du Mur de Berlin.

          Il est plus qu´intéressant de voir que les approches du KDS  (Démocrates Conservateurs de La Slovaquie) sont bien proches des avis exprimés lors du séminaire et ce avec beaucoup de lucidité. Ces approches, on le sait, sont perçues en Slovaquie comme celles de la minorité. L´ex-secrétaire générale du Conseil de l´Europe trouve que Van Rompuy est inconnu et elle aurait souhaité quelqu´un que les Européens connaissent ("on a misé sur la discrétion, on verra!"). L´eurodéputé du front de gauche, les Hommes politiques de droite et une opinion générale exprimée ont vilipendé le Traité de Lisbonne en mettant l´accent sur l´interventionisme exubérant dans les questions qui devraient rester une compétence des États-membres ; ils ont stigmatisé l´éloignement des élites du citoyen...tout cela m´a permis de constater que les avis prononcés constituent l´agenda du parti KDS.

DSCF0216

avec les organisateurs

          L´expérience vécue à Paris et en Normandie a bien montré comment notre  écurie KDS“ ne présente rien de “bizarre“ sur l´échiquier européen où règne un scepticisme plus fort que celui qu´on présente par le biais des bureaucraties. On ne ne souhaite pas tout simplement avancer à tatons, ou alors comme un cheval de course à Longchamp avec des oeuillères sans pouvoir voir ce qu´il y a à côté.

 

Regarder les photos ici

ľj
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article